Parce que l'envie d'écrire vous prend, jusqu'à la rage parfois. Et parce qu'un jour se fait ressentir l'envie d'un écho...

vendredi 17 mars 2017

10 mars 2017.13h50

Voilà, c'est arrivé.
Je m'étais promis de prendre le temps de tomber amoureuse, de faire durer l'attente et de me défaire de mes doutes.
Et puis je t'ai vu.
D'abord tu m'as souri.
Puis tu m'as parlé, tu t'es raconté en me regardant droit dans les yeux et là, à cet instant, j'ai su.
J'ai su que tu entrerais dans ma vie, que tu allais t'y faire une place bien plus grande que celle que je m'autorisais à accorder.
J'ai su à ce moment précis que j'allais aimer te voir prendre place dans ma vie.
T'installer, sans t'imposer.
Vouloir, sans exiger.
J'ai su que tu serais celui que j'attendais.
Celui avec qui les silences sont légers et ne prennent pas de place. 
Celui avec qui parler peut prendre des heures ou simplement s'exprimer d'un regard.
J'ai su, à l'instant où ma langue a rencontré la tienne que tu serais celui que m'accompagnerait et comprendrait.
Celui qui ne me manquerait pas, tout en me manquant terriblement.
Que ta vie resterait tienne, que tu ne bouleverserais pas tes habitudes. Que tu ajouterais juste quelques heures à tes journées.
Et là, vraiment, j'ai su.
Que je voulais te voir prendre place dans ma vie.
Que je serais chamboulée mais en sécurité.
J'ai su que je voulais prendre ce risque, de ne pas ériger de barrières.
De t'aimer sans rien exiger de toi. Parce que tu n'exigerais rien de moi.
J'ai su que cette place serait plus importante que celle que j'aurais imaginée.
Et j'ai aimé penser à ces instants passés près de l'autre, vivants comme s'il n'y en aurait pas d'autres.
Ces journées et ces soirées passées loin l'un de l'autre, peuplées d'autres personnes, mais rassurantes malgré tout.
J'ai su que j'allais t'aimer, parce que tu ne perdrais pas ton indépendance. Et qu'on sait combien se retrouver va être riche, magique, étoilé, déroutant, délicat. Ou tout simplement tendre, facile et évident.
J'ai su, à cette minute, que je te dirais JE T'AIME.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire